This page is only available in french

Élections fédérales 2021

Dans le cadre de la présente campagne électorale fédérale, le Réseau de développement économique et d’employabilité (RDÉE Canada), le porte-parole officiel du développement économique des communautés francophones et acadiennes en situation minoritaire, souhaite faire état de ses enjeux prioritaires.

Reconnu pour son expertise, le RDÉE Canada œuvre depuis plus de 25 ans pour favoriser le développement économique des communautés francophones et acadienne en appuyant les actions collectives de ses membres et en assurant un leadership national basé sur la collaboration et les partenariats.

Cinq enjeux prioritaires :

La francophonie économique est au cœur de nos actions. Un sondage récent démontre toute l’importance de soutenir un développement économique francophone de façon durable. Selon cette étude, 77 % des répondants sont d’avis que le gouvernement fédéral doit en faire davantage pour le développement économique des communautés francophones en situation minoritaire au Canada. En ce sens, nous invitons donc les partis politiques à l’action.

Le RDÉE Canada encourage les actions des partis qui opèrent la promotion active du développement économique des communautés francophones et acadienne entre autres, nous soutenons la promotion des points suivants :

  • Le renforcement du financement public accordé aux organismes de développement économique nationaux et régionaux ;
  • Les initiatives, programmes et services visant à encourager le développement et le renforcement de l’entrepreneuriat francophone en situation minoritaire ;
  • Le renforcement des initiatives visant la création d’emplois durables et soutenables pour les CLOSM (communautés de langue officielle en situation minoritaire) ;
  • Le renforcement des liens commerciaux et d’échanges avec les pays de la francophonie ;
    Le maintien des délégations à l’OIF (Organisation internationale de la Francophonie) ;
  • L’encouragement des efforts de rapprochement dans la francophonie canadienne dans son ensemble ;
  • Le soutien direct aux institutions d’enseignement supérieur dans les CLOSM, notamment auprès de l’UOF (Université de l’Ontario français), du Collège St-Jean, de l’Université de Saint-Boniface, de l’Université de Sudbury, de l’Université de Hearst et plusieurs autres exemples qui ont défrayé les manchettes dans les dernières années;
  • Le soutien au présent Plan d’action en matière de langues officielles 2018-2023 et l’élaboration d’une suite au présent plan d’action ;
  • Le soutien définitif aux efforts de modernisation de la Loi sur les langues officielles.

Le RDÉE Canada est, par essence, soucieux du progrès économique de la francophonie canadienne. Le RDÉE Canada ainsi que chaque organisme provincial ou territorial membre de son Réseau, sont une porte d’entrée privilégiée pour faciliter l’employabilité et pour faire des affaires en français dans les communautés francophones et acadienne du Canada. Ensemble, ils possèdent l’expertise et les relations dont les immigrants francophones et bilingues et les employeurs canadiens ont besoin avant, pendant et après l’intégration économique de nouveaux arrivants. Ce n’est donc pas sans surprise que le RDÉE Canada soutient les initiatives qui renforcent les investissements en matière d’immigration francophone et d’employabilité des immigrants francophones. En particulier, l’une de nos demandes consiste à inciter les différents partis à se prononcer sur l’augmentation du taux d’immigration (quotas) pour les francophones qui souhaiteraient se localiser dans les provinces hors Québec. De plus, le renforcement de programmes existants, tels que Communautés Francophones Accueillantes (CFA) d’IRCC est fortement encouragé par le RDÉE et ses membres.

Le tourisme francophone au Canada représente une valeur ajoutée non négligeable pour l’industrie touristique canadienne. Une étude effectuée en 2017 pour le RDÉE Canada par Étude Économique Conseil (EEC) évalue à 7,8 milliards de dollars la contribution directe du tourisme francophone hors du Québec au PIB du Canada en 2016 et estimé à 123 230 le nombre d’emplois directement reliés à ce secteur (selon des estimés conservateurs). De plus, le Canada compte 10 millions de personnes qui parlent le français et qui contribuent au tourisme dans les communautés francophones et acadienne (7,6 millions au Québec et 2,7 millions qui habitent ailleurs).

C’est pour appuyer ce dynamisme économique que le RDÉE Canada et ses membres ont fait du tourisme dans les CFSM une de leurs priorités et ont mis en place plusieurs initiatives afin de rendre l’industrie du tourisme francophone plus compétitive. Trois secteurs d’intervention prioritaires ont été identifiés pour permettre au RDÉE Canada et à son Réseau, dans chaque province et territoire, d’appuyer l’industrie touristique dans les communautés francophones et acadienne :

  • Le soutien aux entreprises touristiques dans les communautés francophones et acadienne;
  • Le renforcement du pouvoir d’achat des visiteurs potentiels;
  • Le marketing et la communication.

En ce sens, nous invitons les partis prenant part à l’élection à se prononcer sur les enjeux suivants :

  • Le maintien du Corridor patrimonial, culturel et touristique francophone qui met en valeur plus de 130 sites historiques et 160 destinations touristiques dans toutes les provinces et territoires du Canada.
  • Un investissement de six millions de dollars est nécessaire pour répondre aux besoins particuliers des entreprises francophones et soutenir le redressement du tourisme dans les communautés francophones et acadienne. À noter que les petites entreprises touristiques francophones n’ont pas toujours accès aux programmes de financement qui sont offerts et qui sont disponibles. Un plan de relance du tourisme au Canada devrait ainsi inclure des fonds qui sont spécifiques au tourisme francophone.

Le RDÉE Canada et ses membres reconnaissent l’importance d’appuyer la jeunesse des communautés francophones et acadienne dans leurs démarches d’emploi, d’entrepreneuriat et de participation au développement économique de leur communauté. Le Réseau, composé de 12 membres provinciaux et territoriaux, mène plus de 75 projets en appui à la jeunesse francophone du Canada à l’heure actuelle.

La jeunesse d’aujourd’hui est bilingue et même multilingue, consciente du fait que le marché du travail évolue et que les technologies progressent à grande vitesse. Les jeunes sont ouverts sur l’ensemble du pays et sur le reste du monde et souhaitent participer à des projets d’envergure. Le maintien de la dualité linguistique canadienne dépend en grande partie de sa jeunesse. Le Réseau et ses membres favorisent une vision globale dans laquelle les jeunes peuvent envisager un avenir en termes d’emploi et de vie communautaire : éducation, culture, services et loisirs.

Le RDÉE Canada demande le renforcement du financement public visant la jeunesse économique ainsi que l’entrepreneuriat jeunesse. En particulier, le RDÉE Canada souhaite une augmentation des enveloppes budgétaires d’Emploi et Développement Social Canada, de Patrimoine Canadien et tout autre ministère sur cette question particulière pour la période post 2022-2023. La bonification de programmes spécialisés, tels que Services Jeunesse Canada ou encore la reconduite d’initiatives telles que la Stratégie emploi et compétences jeunesse (SECJ) seraient un atout considérable pour les CLOSM.

Petite enfance :

Depuis près d’une vingtaine d’années, des partenaires nationaux collaborent au développement de la petite enfance dans les communautés francophones en contexte minoritaire au Canada. Le RDÉE Canada a l’honneur et le privilège de travailler sur cette question de fond au développement et au renforcement de nos communautés. Toutefois, force est de constater que le financement n’est pas adéquat afin de permettre le plein renouvellement démolinguistique. Un sondage mené en 2020 démontre toute l’importance de mener des investissements à long terme dans ce secteur d’importance pour la francophonie. Dans les faits, le tiers des parents répondants considère qu’il est difficile d’avoir accès à des centres de la petite enfance francophone, une proportion qui augmente considérablement selon le lieu de résidence. En effet, des iniquités persistent selon la province ou le territoire de résidence de la population francophone. En Atlantique, dans l’Est du Canada, dans les Prairies ou dans le Nord, les réalités d’accès ne sont pas les mêmes. Les partis politiques doivent ainsi s’engager sur ce plan. C’est pourquoi, le RDÉE Canada est partie prenante d’une augmentation d’enveloppe budgétaire allouée auprès des programmes soutenant directement les efforts de mise en place de garderies en milieu minoritaire. Il s’agit tout simplement d’appuyer la pierre angulaire du développement des communautés francophones en milieu minoritaire, c’est-à-dire l’éducation dès un jeune âge. Après tout, l’accessibilité et la qualité des services de garde de langue française sont des enjeux de premier plan pour la vitalité des communautés au pays.

Le RDÉE Canada recommande également la mise en place d’un couloir d’immigration francophone destiné à faciliter le recrutement à l’international d’éducatrices et éducateurs en petite enfance afin de répondre à la pénurie généralisée à l’échelle du pays. En effet, la pénurie de main-d’œuvre dans ce secteur est un des facteurs qui crée le manque des places en service de garde en FRANÇAIS et de QUALITÉ dans les communautés francophones en situation minoritaire au pays.

Le virage vers une économie verte est un dossier d’actualité qui exige innovation et vision à long terme. Au sein du Réseau, cette préoccupation s’est traduite par diverses initiatives pour aider les communautés francophones et acadienne à réfléchir à cette question et à explorer des initiatives durables. Le RDÉE Canada et ses membres ont défini des enjeux prioritaires communs aux communautés francophones et acadienne et à l’économie verte :

  • Mobiliser et engager les partenaires clés
  • Sensibiliser les communautés
  • Appuyer la mise en œuvre de projets en économie verte

Le RDÉE Canada est conscient des défis de développement durable, ici et ailleurs, et s’engage à aligner ses enjeux sur les objectifs de développement durable émis par l’Organisation des Nations Unies (ONU) à l’objectif 2030.

Le RDÉE Canada est favorable à toute initiative présentée dans les différentes plateformes électorales ainsi que dans la période qui suivra, appuyant le renforcement du financement public visant les initiatives vertes, la lutte aux changements climatiques et le développement d’une économie centrée sur le développement durable. En particulier, nous souhaitons le renforcement des allocations de financement à Environnement et changements climatiques Canada, à Innovation, Sciences et Développement économique Canada et aux autres ministères développant des pratiques écoresponsables. Du soutien renforcé notamment pour la création d’emplois verts dans des programmes spécialisés et dont les communautés CLOSM bénéficient en grande partie, tels que Jeunesse Canada au Travail, Emplois d’été Canada ou d’autres programmes similaires seraient plus que bienvenus.

Le RDÉE Canada apportera de plus son appui à toute initiative favorisant le développement durable dans les communautés francophones en situation minoritaire afin de créer un système économique d’échange et de production qui, à tous les stades du cycle de vie des produits (biens et services), vise à augmenter l’efficacité de l’utilisation des ressources et à diminuer l’impact sur l’environnement tout en développant l’essor économique des communautés. Le RDÉE Canada recommande vivement que la notion de durabilité soit prise en compte dès le premier stade d’idéation des entreprises afin d’assurer un développement économique durable.

Ensemble, les francophones en situation minoritaire vivant dans les neuf provinces et trois territoires, et forts de 2.7 millions d’individus, peuvent faire toute la différence. Ne laissez personne vous dire que votre vote ne changera rien! Au contraire, plus les gens s’engagent, plus les choses changent.

Le RDÉE Canada et son réseau forment des partenaires privilégiés du gouvernement à venir. Ils favorisent les partenariats avec tous les acteurs du développement économique et de l’employabilité ainsi qu’avec les joueurs ayant une expertise en la matière, pour contribuer au développement économique local des communautés francophones et acadienne et les positionner comme des atouts économiques compétitifs et favorables, c’est-à-dire des agents à part entière de la prospérité du Canada.

Nous nous engageons dans le cadre de cette campagne électorale à promouvoir la dualité linguistique, et à soutenir un Canada prospère, d’un océan à un autre. Notre intention est de travailler en étroite collaboration avec le nouveau gouvernement élu, et ce afin d’entretenir des liens durables, solides, et qui auront des effets à long terme sur le renforcement de nos communautés. Le RDÉE Canada s’engage à rencontrer les nouveaux ministres qui arriveront en poste à l’automne, et œuvrant dans les dossiers prioritaires de la Francophonie, et ce afin d’unir nos forces et de travailler pour un Canada prospère.

Pour plus d'information concernant nos enjeux :