Lanteigne, GaetanGaetan Lanteigne est enseignant au programme de gestion de la petite et moyenne entreprise, au Collège communautaire du Nouveau-Brunswick (CCNB).
Entrepreneur, il est très impliqué dans sa communauté francophone et engagé dans le développement de l’entrepreneuriat au Nouveau-Brunswick. C’est pourquoi il connaît très bien le représentant provincial du RDÉE Canada. « Le RDÉE Nouveau-Brunswick est un chef de file en matière de développement économique et communautaire dans notre province, explique-t-il. C’est un allié essentiel, qui a beaucoup soutenu nos projets, surtout dans le cadre d’initiatives pour les étudiants. »

PhénoMènE est l’une de ces initiatives. Il s’agit d’un club entrepreneur au CCNB qui regroupe entrepreneurs et gestionnaires émergents. « Ce club regroupe aujourd’hui 40 partenaires privés, parapublics et publics, détaille Gaetan Lanteigne. Il a pour mission de développer la culture entrepreneuriale auprès des étudiants au niveau postsecondaire de la Péninsule acadienne ». Cette mission se traduit par des objectifs visant à développer les compétences essentielles de base requises des futurs employés, gestionnaires ou entrepreneurs. « On a même été reconnu à l’échelle internationale comme étant l’un des clubs étudiants les plus performants de la francophonie mondiale », se réjouit encore Gaetan Lanteigne.

Ces initiatives étudiantes soutenues par le RDÉE Nouveau-Brunswick sont de très grands succès pour le CCNB et, à plus grande échelle, pour l’économie au Nouveau-Brunswick. « Grâce à ce club entrepreneur étudiant qui est rattaché au programme d’études, l’étudiant vient chercher l’expérience en même temps que sa formation postsecondaire. Il y a un grand impact économique pour notre communauté, car la plupart de ces jeunes étudiants seront très actifs dans le milieu de l’économie et deviennent des agents de changement à leur tour. »

Un autre aspect important de la mission du RDÉE Nouveau-Brunswick se traduit dans l’organisation d’ateliers de formation et de réseautage. D’après une étude du RDÉE Nouveau-Brunswick, 80 % des participants à ces formations affirment avoir amélioré leurs compétences durant l’année 2015-2016. De plus, 615 ententes de partenariats ont été établies et 53 projets réalisés durant la même année. « Le RDÉE Nouveau-Brunswick fait beaucoup de travail pour promouvoir et diffuser les emplois intéressants, en tentant d’attirer nos jeunes, explique Frédérick Dion, directeur général de l’Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick. Il joue aussi un rôle très important au niveau de l’immigration. »

L’organisme accompagne et fait le lien entre les nouveaux arrivants et les employeurs. « C’est un rôle stratégique, explique Frédérick Dion, car les employeurs ont besoin de main-d’œuvre qualifiée. Ces initiatives sont bénéfiques autant pour eux que pour les migrants potentiels. »Frédéric Dion, Nouveau-Brunswick

Et les chiffres parlent encore. Durant l’année 2015-2016, une stratégie a été mise en place afin de maximiser le potentiel de l’immigration francophone au Nouveau-Brunswick et de répondre aux enjeux de main-d’œuvre des employeurs. Lors d’un salon virtuel de l’emploi avec le RDÉE Canada, 848 candidats immigrants étaient curieux de connaître les opportunités d’emplois des employeurs du Nouveau-Brunswick.

« Le RDÉE Nouveau-Brunswick a un impact très positif, affirme Frédérick Dion. Il comble une partie des plus gros besoins, dans plusieurs domaines d’activités. Son aide pour la réalisation de projets a été très importante. Même si parfois il s’agit d’une petite contribution financière, cela reste toujours une aide déterminante. Et le partage d’informations et de connaissances est bien sûr une aide privilégiée. »

Une des missions du RDÉE Nouveau-Brunswick est de faire des études pour cerner les faiblesses du territoire et les opportunités que la communauté pourrait saisir et développer. « Le RDÉE Nouveau-Brunswick n’est pas un atout pour faire de gros chiffres, mais c’est plutôt un apport pour que les comités se prennent en main et pour la planification stratégique. Cela donne un deuxième souffle aux entreprises et permet de maintenir notre économie. »

Gilles LanteigneGilles Lanteigne aussi est très impliqué avec le RDÉE Canada : administrateur du conseil d’administration depuis 2012, il a assuré la présidence entre 2015 et 2017. Étant très proche et engagé dans sa communauté, il a pu constater l’impact grandissant du RDÉE Nouveau-Brunswick au fil des années.

« Le RDÉE au niveau provincial est d’une importance capitale pour les francophones du Nouveau-Brunswick et leur économie, déclare-t-il. Que ce soit pour soutenir les organismes à but non lucratif ou les entreprises privées ou indépendantes, le RDÉE Nouveau-Brunswick est un facilitateur, une aide qui s’avère, plus souvent qu’on ne le pense, très précieuse. »

L’ancien président du conseil d’administration du RDÉE Canada confirme également l’importance des projets qui motivent la relève et la création de partenariats.

« Un des objectifs du RDÉE Nouveau-Brunswick est de développer l’engagement communautaire chez les jeunes francophones, par une meilleure compréhension de l’entrepreneuriat. Beaucoup de partenariats sont également créés, ce qui rend le RDÉE Nouveau-Brunswick un carrefour stratégique pour l’évolution de notre économie. »

Peu importe le domaine, il apparait évident que la présence du RDÉE au Nouveau-Brunswick aide considérablement la province à maintenir son économie et soutenir tous ceux qui sont liés de près, ou de moins près, au milieu entrepreneurial. « Le RDÉE Nouveau-Brunswick apporte des ressources et de l’expertise, que ce soit entrepreneurial ou communautaire, conclut Gaetan Lanteigne. Il apporte également les contacts et demeure le partenaire qui nous aide à financer nos projets. Le RDÉE Nouveau-Brunswick a tout pour nous permettre d’atteindre nos objectifs. »

 

Préparé par: LaLiberte