Pour développer son économie, le Manitoba français voit loin. Le CDEM, membre manitobain du RDÉE Canada, a déjà plusieurs idées en tête pour renforcer la place de la communauté dans de nombreux domaines, entre autres l’économie verte et l’immigration économique.

Au Conseil de développement économique des municipalités bilingues du Manitoba (CDEM) depuis dix ans, son directeur général Louis Allain constate que « le Réseau de développement économique et d’employabilité du Canada (RDÉE Canada) est de plus en plus axé sur des projets concrets qui nous ont permis de passer à un leadership d’action ».

Au Manitoba, cette action va continuer pour les prochaines années dans plusieurs domaines, en particulier l’immigration et l’économie propre et durable.

Durand, Cyrille; Allain, Louis« Le Manitoba est un chef de file dans le domaine de l’économie verte, confirme le vice-président du CDEM, Cyrille Durand. On a par exemple développé un projet d’éoliennes et de chemin de fer pour transporter le grain dans la région de Saint-Léon, un projet de cogénération d’énergie géothermique à Île-des-Chênes, le Centre TransCanada, qui a gagné un prix national, ou encore un projet de biomasse à Otterburne. »

« Les projets d’économie verte au Manitoba vont continuer à être poussés par le RDÉE Canada, car c’est une priorité canadienne et le Manitoba est déjà très fort dans ce domaine, ajoute le représentant du Manitoba sur le conseil d’administration du RDÉE Canada, Guy Gagnon. Les services et les talents du directeur d’Éco-Ouest au Manitoba, Dany Robidoux, sont aujourd’hui de plus en plus recherchés dans les autres provinces. L’avenir est là. »

L’immigration internationale est également identifiée comme l’une des priorités manitobaines. « La population vieillit, donc on a de plus en plus besoin d’immigrants pour assurer le bon fonctionnement de l’économie manitobaine en général, et francophone en particulier, explique Guy Gagnon.

« Le visage de la communauté franco-manitobaine a changé et va continuer de changer, car l’économie manitobaine est stable et attirante. Le taux de chômage y est plus bas que la moyenne nationale, et les Franco-Manitobains sont très ouverts et tolérants, car ils sont eux-mêmes une minorité. Le CDEM a donc tout intérêt à capitaliser là-dessus », affirme-t-il.

Le secteur agricole est notamment très réputé au Manitoba et le CDEM prévoit développer davantage sa valeur ajoutée. « Avec les nouvelles ententes internationales qui sont signées avec de grands marchés, par exemple avec la Chine et l’Europe, l’exportation de nos produits transformés est ce qui va avoir le plus d’impact sur le produit intérieur brut de la province », souligne Cyrille Durand. Or les communautés francophones ont une part du gâteau à tirer, car « elles sont situées sur un terreau fertile, le long des rivières », se réjouit Louis Allain.

Gagnon, Guy

De même, le secteur de la transformation agricole est une priorité du CDEM pour les années à venir. Déjà, l’organisme a encouragé la création d’usines de transformation du lin, du chanvre ou encore du canola dans ses communautés bilingues.

L’avenir économique du Manitoba français, le CDEM le voit par ailleurs aussi dans la jeunesse. « Le CDEM a déjà en branle de nombreux projets touchant la jeunesse, comme son service Premier Choix ou encore son Centre d’excellence avec un programme de mentorat pour les nouveaux entrepreneurs, et on risque de les voir se développer davantage dans les années à venir », se réjouit Guy Gagnon.

Louis Allain confirme notamment que « notre Centre d’excellence va prendre de l’ampleur, notamment au niveau du mentorat où on a pris le leadership. Notre leadership d’action est exemplaire, c’est notre force, et on va continuer sur cette lancée ».

La jeunesse est par ailleurs l’un des secteurs identifiés comme les plus importants par le RDÉE Canada au niveau national.

Enfin, le CDEM sera actif dans le dossier touristique, avec le développement d’un corridor touristique francophone nord-américain ainsi que la promotion des communautés francophones et métisses et de leur culture comme valeur ajoutée au tourisme provincial. « La Province du Manitoba développe une nouvelle approche de sa stratégie touristique et le CDEM en fera partie dans les prochaines années », termine Guy Gagnon.

Préparé par: LaLiberte