Bilinguisme à la croisée des chemins du Nouveau-Brunswick

Mike St-Onge, assureur à « Edmund’s Town »

Mike St-Onge, nouveau vice-président du conseil d’administration du RDÉE Canada, est originaire d’Edmundston, dans le Nord-Ouest du Nouveau-Brunswick. Edmundston est une charmante ville à échelle réduite (17 000 habitants) mais avec la particularité d’être Mike St-Ongeinternationale, et stratégique : les habitants, francophones à 95 pour cent et bilingues à 60 pour cent, peuvent carrément changer de pays en une encablure, et visiter le Maine où Mike St-Onge est né. Et ils ont d’autres choix, où qu’ils aillent : un petit pas vers l’ouest, à une vingtaine de kilomètres seulement, voici la Belle Province ; puis, en une heure de route, Rivière-du-Loup ; roulez en direction sud, voilà Fredericton puis « Saint Jean » où le Projet Oléoduc Énergie Est – TransCanada, long de 4 600 kilomètres, se termine ; sans oublier la Gaspésie et l’Île-du-Prince-Édouard.

St-Onge travaille dans le secteur de l’assurance générale et est copropriétaire d’Alliance Assurance Nouveau-Brunswick. Tout au long de sa carrière, il s’est engagé bénévolement auprès de maintes organisations. Cela fait 8 ans qu’il est membre du conseil d’administration de la Fondation de l’hôpital régional d’Edmunston, 4 ans qu’il siège sur celui du Conseil économique du Nouveau-Brunswick et 2 ans sur celui du RDÉE Canada. Avant cela, il a été impliqué dans plusieurs organismes comme l’Association des Courtiers de la province, le Bureau d’assurance du Canada, la Patrouille canadienne de Ski, le Club Kinsmen et les Cadets de l’air. Bref, on peut dire qu’il s’est taillé une place dans ce carrefour qu’est l’Acadie.

Malgré la proximité du Québec, où « il faut une licence québécoise pour travailler », c’est plutôt vers l’Est que se tourne le regard de M. St-Onge. « Je m’occupe donc des Maritimes et cela implique d’aller très souvent à Fredericton. C’est un long chemin mais si on veut faire des affaires, c’est le prix à payer. C’est un marché important ! ».

Si depuis quelques années « on sent quand même un exode des gens vers l’ouest et le pétrole albertain » comme affirme M. St-Onge avec un peu d’amertume, la nature volatile de cette l’industrie en fera peut-être revenir plus d’un. Pour ceux qui désirent visiter la région, voire s’y installer, commencez donc par y faire du camping, des sports en eaux vives, puis, comme insiste notre hôte, « connaître la fameuse Foire Brayonne en été, avec ses ployes nourrissantes et autres fèves au lard; ou faire du ski alpin au très accueillant Mont Farlagne l’hiver, à 15 minutes du centre-ville ».

Le Congrès Mondial Acadien, qui s’est tenu ici pendant 17 jours l’an passé, prouve, avec ses 200 000 visiteurs, que l’endroit est à la hauteur !

St-Onge est membre du conseil d’administration du RDÉE Canada depuis le mois de février 2014 et il s’est déjà impliqué dans plusieurs initiatives de taille : le lancement du Cadre du plan canadien de développement économique et le comité des ressources humaines du conseil d’administration.