Yvon Samson : Défendre et développer sa terre natale

Yvon SamsonGestionnaire du Service en développement économique communautaire pour le Conseil de développement économique de la Nouvelle-Écosse, Yvon Samson fait partie des précurseurs du Réseau. Il y a seize ans, il prend part aux travaux faisant naître l’organisme où il travaille encore aujourd’hui.

À ses débuts, Yvon Samson travaille comme agent de développement communautaire de la Fédération acadienne de Nouvelle-Écosse dans la région de Yarmouth, avant de travailler comme agent de programme pour la promotion des langues officielles au Secrétariat d’État du Canada à Ottawa. Par la suite, il est engagé comme chef des opérations du Programme Hospitalité Canada au de 1981 à 1985. Il devient ensuite directeur général de la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse, puis de la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada. C’est en 1997 qu’il décide de retourner dans son village natal, Petit-de-Grat, pour travailler comme consultant en développement organisationnel.

De retour dans son berceau acadien, Yvon Samson décide de s’impliquer bénévolement dans sa communauté. « J’ai été responsable du projet de construction de la Picasse, centre culturel et communautaire nouvellement construit, dont je suis le président depuis un an. » Il a, dans le même temps, été élu président du premier Conseil scolaire acadien provincial de Nouvelle-Écosse, de 1997 à 2004. Actuellement, Yvon Samson est aussi vice-président d’Alianco, entreprise à but non lucratif qui aide les traducteurs à trouver du travail de traduction dans ce secteur.

Des projets qui suivent le sillage creusé par son mentor Paul Comeau, ancien directeur général de la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse, impliqué dans la communauté de Petit-de-Grat. « Je m’engage pour que la communauté minoritaire puisse jouir de ses droits en français. » Une conviction qu’a pu défendre, dans les années 1970, le sénateur Jean-Robert Gauthier, à qui il accorde un rôle important dans l’avancée des droits des Canadiens français. « Il a fait pression pour que l’article sur la promotion des langues en situations minoritaires soit appliqué de manière plus précise, au niveau fédéral. »

D’un point de vue personnel, Yvon Samson se réjouit d’avoir pu lever un fonds d’investissement de deux millions de dollars en 2002, destiné à soutenir l’activité économique régionale. « Le fonds d’investissement a servi de levier pour les entrepreneurs qui faisaient face à la crise de la pêche aux poissons de 1993 à 1997. » Une aide économique dont une vingtaine d’entreprises a pu bénéficier dans la région de Petit-de-Grat et de l’Isle Madame.

Son mot de la langue française préféré : Vision
Le pays francophone qu’il a préféré visiter : France
Le pays francophone qu’il voudrait visiter : « Je ne suis pas un gars de voyage »
Sa célébration culturelle francophone préférée : La fête des Acadiens
Son plat typique francophone préféré : Le pâté à la râpure

 

Préparé par: LaLiberte