Robert Therrien : Contribuer à sa communauté

Robert Therrien a un parcours de carrière très diversifié! Entre un poste de directeur général pour la Caisse Populaire et la création de sa propre entreprise dans la communauté rurale de Willow Bunch, l’homme d’affaires est arrivé à Regina en 1995, où il a obtenu son poste actuel : directeur général du Conseil économique et coopératif de la Saskatchewan (CECS), l’équivalent du RDÉE de la province.

« J’ai toujours contribué au développement des communautés où j’ai résidé. Je trouve ça très important. Par la suite, j’ai compris que mon intérêt principal était surtout le développement économique. »

Robert TherrienEn parallèle de sa carrière, Robert Therrien s’est impliqué bénévolement pendant plus de 20 ans. Il a siégé sur de nombreux conseils d’administration pour des organismes à but non-lucratif de différents milieux, parfois en tant que président. Son honnêteté et son sens du leadership sont ses plus grandes forces. « Je me suis toujours donné à 100 % pour faire bouger les choses dans la communauté. »

Robert Therrien a grandi dans un milieu francophone. Néanmoins, c’est lorsque son premier enfant est né qu’il a pris conscience de sa francophonie. « C’était quelque chose de fort et d’instinctif. Cela n’aurait pas été naturel de lui parler en anglais. C’est là que j’ai réalisé l’importance du français. »

Aujourd’hui père de cinq enfants et grand-père de neuf, bientôt dix, petits-enfants, sa famille est de loin sa plus grande fierté et sa priorité.

Cette francophonie, Robert Therrien la voit aujourd’hui comme un atout, une fierté et un symbole de diversité. « La langue rassemble. Du nord au sud, de l’est à l’ouest de la Saskatchewan, la culture francophone est très diversifiée. Même au sein de notre organisme, le CECS. »

Travailler au sein du CECS a été un point tournant dans la vie de Robert Therrien. Depuis 1995, il a été témoin d’une grande évolution du Réseau. « Aujourd’hui, je crois du fonds de mon cœur que le Réseau est plus fort que jamais. »

Robert Therrien imagine la francophonie de demain unie, prête à saisir les opportunités pour innover et partager sa richesse avec le monde. « Nous sommes dans un pays qui a deux langues officielles. Je pense que c’est un atout qui nous donne une valeur ajoutée et une plus grande ouverture d’esprit. Tant que l’on réussira à maintenir un dialogue constructif et axé sur l’avancement dans notre communauté, on avancera. »

Son mot préféré de la langue française : Amour

Le pays francophone qu’il a préféré visiter : France

Le pays francophone qu’il aimerait visiter : N’importe quel pays d’Afrique

Son plat typique francophone préféré : La tourtière de mon épouse

Préparé par: LaLiberte